La Danseuse.jpg
CHRISTIAN  CAPRON
Auteur photographe
Argentique en Noir et Blanc

Photo : La Danseuse

La Réunion 2020 

A l’heure actuelle, il existe 2 mondes en photographie :

L’Argentique et le Numérique.

 

Et j’ai résolument fait le choix du premier.

 

Ce choix est guidé par mon désir du « fait main », et ce terme n’est pas galvaudé car il correspond vraiment à un travail manuel et artisanal, tout au long du processus.

 

Et puis j’aime retrouver une certaine notion de temps.

Je prends le temps de la réflexion, de choisir mon cadrage, etc…, car c’est à l’étape de la prise de vue que l’on n’a pas droit à l’erreur.

Ici pas d’écran pour vérifier si la photo est bonne !

 

La photographie s’écrit avec la lumière, et ça prend tout son sens avec l’argentique quand les mains dansent sous la lumière de l’agrandisseur pour arriver au résultat souhaité.

 

C’est peut-être ce rapport avec le temps et ce besoin de se détacher de l’immédiateté qui fait certainement le point commun de tous les défenseurs de la photo argentique.

 

Je compare d’autant mieux les deux techniques que j’ai aussi pratiqué le numérique.

Mais j’avais l’impression que le temps passé sur l’ordinateur pour la postproduction n’avait plus beaucoup à voir avec la photographie comme j’aime la pratiquer.

 

J’aime me retrouver au labo, et après tout le processus de développement sous la lumière rouge, arriver à l’étape ultime… découvrir sa photo quand on allume la lumière !